CP F.SAUVADET BA102 Départ des Alpha-Jets Imprimer
Vendredi, 04 Octobre 2013 20:37

Départ des Alpha-Jets : rétablissons quelques vérités !

 La décision du Ministre de la Défense de fermer définitivement la plateforme aéronautique militaire a donné lieu à une accumulation de déclarations très imprécises, voire clairement mensongères. Je tiens donc à rappeler quelques vérités.

Non, le départ des Alpha-jets ne s’inscrit pas dans le cadre de la loi de programmation militaire de 2008 ; elle est directement rattachée à la loi de programmation militaire de 2013 décidée par François HOLLANDE et qui prévoit de supprimer 23 500 postes dans l’armée.

Oui, le départ de la BA 102 est la conséquence des choix politiques de François HOLLANDE. En créant 60 000 postes dans l’Education Nationale, le Gouvernement a fait sciemment le choix de sacrifier les autres Ministères, dont un en particulier. Ainsi, 60% des suppressions de postes dans l’Administration d’Etat concerneront le Ministère de la Défense, qui ne compte que pour 5,8% de la masse salariale de l’Etat ! Mais les socialistes qui hurlaient hier contre la loi de programmation militaire de 2008 n’assument visiblement pas les fermetures supplémentaires qu’ils ont décidées.

Non, le départ de la BA 102 ne sera pas sans conséquence sur les coûts de fonctionnement de l’aéroport de Dijon-Longvic. La facturation de la BA 102 à la CCI étant largement inférieure aux coûts réels, il est certain que la facturation de la Direction Générale de l’Aviation Civile sera plus élevée. Cette hypothèse n’était pourtant pas intégrée dans les hypothèses de développement de l’aéroport de Dijon-Longvic, ce qui rendait celles-ci insincères et démontrait l’absence de volonté de construire un projet réaliste pour Dijon-Longvic.

Le départ de la plateforme aéronautique militaire est une nouvelle dramatique pour notre territoire. L’heure est aujourd’hui à la mobilisation générale pour défendre notre base et soutenir notre territoire. Je m’étonne que François REBSAMEN n’exprime aucun regret à propos de ce coup dur pour l’agglomération dijonnaise et l’ensemble de la Côte-d’Or car il signifie le départ de 365 familles. Privilégier les mensonges et les manœuvres politiciennes afin d’occulter la responsabilité directe de François HOLLANDE dans cette décision, plutôt que de monter au front défendre la BA 102, ne me semble pas être à la hauteur du défi qui nous est posé par ce départ.