CP F.SAUVADET Jour de carence Imprimer
Jeudi, 13 Juin 2013 18:14

Jour de carence dans la Fonction Publique : pourquoi le Gouvernement s'obstine-t-il à supprimer ce qui fonctionne ?

François SAUVADET, Président du Conseil Général de la Côte d'Or et vice-président du groupe UDI à l’Assemblée Nationale, réagit à l’étude du cabinet Sofcap sur l’évolution de l’absentéisme dans la Fonction Publique, qui établit un lien direct entre diminution des arrêts maladie de courtes durées et journée de carence.

 « Par équité avec le secteur privé, j’avais décidé de mettre en place un jour de carence dans les trois Fonctions publiques dès le 1er janvier 2012.
Le Gouvernement, par la voix de Marylise LEBRANCHU, a décidé le 21 février dernier de le supprimer au 1er janvier 2014.
Dès cette annonce, j’ai dénoncé le caractère démagogique, injuste et inefficace de cette suppression. Démagogique parce que le Gouvernement, privé de marges de manœuvre budgétaire dans la Fonction Publique à cause de la création de 60 000 postes dans l’Education Nationale, tente de répondre au mécontentement légitime des fonctionnaires de France avec cette mesure pourtant sans effet sur le pouvoir d’achat de la majorité des agents publics.
Injuste parce que les salariés du secteur privé doivent subir trois journées de carence.
Inefficace parce qu’elle déresponsabilise les fonctionnaires vis-à-vis des arrêts courte durée.
Les gains estimés à l’époque étaient de 244 millions d’euros (131 millions d’euros dans la Fonction Publique d’Etat, 53 millions d’euros dans la Fonction Publique Hospitalière, 60 millions d’euros dans la Fonction Publique Territoriale). Or la Ministre a justifié sa décision en annonçant que les économies réalisées n’étaient « que » de 60 millions d’euros dans la Fonction Publique d’Etat, preuve selon elle de l’inefficacité de la mesure. Pourtant, c’est le raisonnement inverse qu’il fallait tenir ! Si les économies ont été deux fois moins importantes que prévues, c’est parce que la journée de carence a permis de réduire significativement l’absentéisme !

L’étude du cabinet Sofcap va dans le sens de cette interprétation. Dans la Fonction publique territoriale, l’instauration de la journée de carence aurait ainsi réduit l’absentéisme de 43 % entre 2011 et 2012 !

Au vu de ces résultats édifiants, je demande donc à Mme LEBRANCHU de revenir sur son choix unilatéral de suppression de la journée de carence : face à la crise, cette mesure de justice a su démontrer qu’elle était aussi efficace ! Notre pays est suffisamment affaibli par la crise et les erreurs répétées du Gouvernement pour ne pas détruire les dispositifs qui fonctionnent !