Horaires du Soleil
à Is sur Tille

Lever     : 07:27
Coucher : 19:37
Image au hasard


Til-Châtel - Bief
Identification




CP F.SAUVADET Un recul sans précédent pour la démocratie dans nos territoires... Imprimer Envoyer
Mardi, 26 Février 2013 11:06

Un recul sans précédent pour la démocratie dans nos territoires

J’ai dénoncé à la tribune de l’Assemblée nationale le vote par le seul Parti socialiste du projet de loi relatif à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des délégués communautaires, modifiant le calendrier électoral qui aura de lourdes conséquences sur l’avenir de nos territoires de France.

C’est un texte qui signe la mort des territoires ruraux.

Après le rejet du texte par le Sénat au mois de janvier, il est inadmissible que seul le groupe socialiste (sur les six groupes parlementaires de l’Assemblée !) puisse changer les textes qui structurent les conditions de notre démocratie.

Il n’est pas supportable dans cette République irréprochable dont le candidat Hollande se faisait le garant, de voir un seul parti, le Parti socialiste, modifier le calendrier et les modes de scrutins contre toutes les autres forces politiques du pays sans la moindre concertation.

C’est d’autant plus grave sur un sujet qui engage l’avenir de notre démocratie territoriale : les cantons ruraux vont subir un charcutage qui va laminer la représentation politique des territoires ruraux dans les départements. Les clefs des départements vont être confiées aux agglomérations, alors même que l’un des défis du siècle à venir est l’aménagement du territoire et la lutte contre le sentiment d’abandon de nos campagnes.

Le Gouvernement n’a su justifier son texte que par la nécessité de faire progresser la parité par la création d’un binôme homme-femme élu ensemble mais exerçant indépendamment leur mandat. Ce dispositif est unique au monde : il va conduire à la compétition territoriale et posera d’importants problèmes de gouvernance dans les futurs conseils départementaux.

Nos propositions visant à introduire de la proportionnelle, respectueuse des sensibilités politiques, des équilibres territoriaux et permettant de faire progresser la parité ont été rejetées d’un revers de main.

Enfilant le faux-nez de la parité, le Parti socialiste arrange en réalité ses petites affaires. L’entre soi et la conservation des postes au mépris des impératifs d’aménagement solidaire du territoire constitue une pratique du pouvoir que je condamne avec la plus grande fermeté.

Rien ne justifie l’abaissement du seuil de 12,5 à 10 % pour se maintenir au second tour ; rien ne justifie non plus le report des élections de 2014 à 2015. Les socialistes ne cherchent d’ailleurs pas à donner la moindre explication à ce qui restera comme le plus grand tripatouillage électoral de la Vème République.

Ce texte entérine la vision socialiste d’une France dont le développement repose exclusivement sur le fait urbain. Je récuse cette vision étriquée et continuerai à combattre cette réforme des élections locales dès son retour à l’Assemblée nationale, le 26 mars prochain.022

Mise à jour le Samedi, 09 Mars 2013 11:16
 
Meteo sur Is sur Tille

Copyright © 2019 charlesbarriere.fr. Tous droits réservés.
Internet Explorer 8 mini - Affichage 1024 x 768 recommandé