Horaires du Soleil
à Is sur Tille

Lever     : 05:55
Coucher : 21:16
Image au hasard


Chaignay - Place Centrale
Qui est en ligne ?
Nous avons 82 invités en ligne
Identification



Page principale

CP F.SAUVADET Parking du CHU Imprimer Envoyer
Jeudi, 07 Mars 2013 20:47

Parking du Bocage Central du CHU : La prise en otage des salariés et des usagers

François SAUVADET, Président du Conseil Général de la Côte d'Or, a découvert avec inquiétude le projet de privatisation du parking du Bocage Central qui va directement concerner l’accès des salariés et des usagers au CHU de Dijon.
Face à l’engorgement du parking, la direction du CHU veut le privatiser et le rendre accessible sous condition de paiement. La construction annoncée de 700 places ne résoudra pas les difficultés de stationnement pour les 1 500 personnes qui travaillent quotidiennement au CHU et les 2 000 visiteurs, patients et familles. Cette décision prise sans concertation constitue une prise d’otage des salariés et usagers d’un service public essentiel aux Dijonnais et aux Côte-d’Oriens qui ont besoin de cet accès au soin.
Le fiasco du parking du Bocage Central révèle une politique du stationnement restrictive et déconnectée de la réalité quotidienne des Côte-d’Oriens. Il n’est pas acceptable que les patients et les salariés du CHU soient victimes de cette décision dogmatique.
François SAUVADET a donc interpellé le Sénateur-Maire de Dijon, François REBSAMEN, Président du Conseil d’Administration du CHU, pour lui demander d’entendre les inquiétudes légitimes exprimées. La ville doit rester accessible à tous. Après la critique sur les « murs de bus qui encombrent Dijon », cette volonté de privatiser le parking du CHU témoigne à nouveau d’une vision étriquée du développement urbain.

 
Le très haut débit - Une chance pour nos campagnes Imprimer Envoyer
Mercredi, 06 Mars 2013 21:37

 
"Le dévoir de mémoire" par Maxime REPPERT Imprimer Envoyer
Mercredi, 06 Mars 2013 20:18

« En ce XXIe siècle, notre pays est marqué par les doutes, une crise identitaire, des difficultés économiques et politiques... C’est justement dans ces cas-là que nous devons, nous citoyens, nous rassembler autour des valeurs républicaines. Parmi celles-ci, il y a le devoir de mémoire.

L’Homme a de la mémoire mais il est souvent enclin à l’oubli. Il en va de même pour son histoire : trop concentré sur le présent et l’avenir, il en néglige son passé.

Or ce devoir de mémoire est important, pour plusieurs raisons :

  • Il nous permet d’honorer notre pays, nos aînés. Ces derniers ne méritent pas de tomber dans l’oubli : ils sont morts pour notre liberté, ils sont tombés pour la France. Ainsi, par exemple, de 1914 à 1918, la France, lors de la Première Guerre mondiale a perdu près  1.4 millions de soldats, soit 27% des 18-27 ans.  Tous ceux morts pour la patrie sont des défenseurs de la patrie, de la République, nous ne devons pas les oublier, qu’ils soient morts lors de la guerre 14-18 ou en Afghanistan.
  • Il nous permet, en connaissant le passé,  de mieux comprendre le présent pour ne pas reproduire ou revivre les drames vécus. « Plus jamais ça » dirent les anciens combattants français au lendemain de la Première Guerre mondiale. Et pourtant, la France ne fut pas épargnée par les conflits qui suivirent (541000 Français sont morts durant la guerre de 39-45, civils et soldats confondus).
  • Il permet de faire prendre conscience aux jeunes générations du poids des souffrances passées, eux qui ne connaissent ni la guerre ni les douleurs causées par celle-ci. Evoluant dans une société marquée par le multimédia, ils ne connaissent de la guerre que les choses qu’ils voient : films, télévision, jeux vidéo (et oui pour beaucoup de ces jeunes, la guerre est un jeu auquel on joue souvent, par plaisir). Ils n’ont pas conscience du sacrifice de leurs aînés, ni de ce qu’est vivre une guerre, se battre pour son pays.

En cela il est important de cultiver chez ces jeunes ce devoir de mémoire pour qu’ils puissent, à leur tour, transmettre cet héritage.

Ce devoir est, en partie, celui de l’école républicaine. Il est vrai par exemple que le collège Paul Fort, à Is-sur-Tille, fait beaucoup en ce sens : encouragement des élèves à participer aux commémorations, travaux sur des thèmes historiques liés à au devoir de mémoire, visites pédagogiques (Colombey-les Deux-Eglises…), etc…

Pourtant cette responsabilité n’est pas uniquement l’affaire du système scolaire, elle doit être l’affaire de tous. Tous, parents ou non,  nous devons sensibiliser les jeunes et moins jeunes à ce devoir. Cela passe par la présence de tous aux commémorations, par une connaissance des événements passés et un respect pour nos morts, pour nos valeurs républicaines, pour notre pays. » 

Maxime Reppert, professeur d'histoire-géographie au collège Paul Fort

« La plus belle sépulture des morts, c'est la mémoire des vivants »   André MALRAUX

Mise à jour le Samedi, 09 Mars 2013 11:28
 
Nouvelles du Conseil Général - 04/03/2013 Imprimer Envoyer
Lundi, 04 Mars 2013 21:05



Vous ne pouvez pas voir ce document ? Téléchargez le ici : Cliquez ici

Mise à jour le Samedi, 09 Mars 2013 12:08
 
Commission permanente du Conseil Général Imprimer Envoyer
Lundi, 04 Mars 2013 20:14

Commission permanente du Conseil Général

 Lors de la Commission Permanente du 4 mars 2013, le Conseil Général de la Côte-d’Or a adopté quarante-cinq rapports (dont quarante-deux à l’unanimité) et décidé de l’attribution de 1,5 million d’euros. Pour préparer l’avenir, plus d’un tiers des sommes votées sont consacrées à deux défis majeurs du XXIe siècle : l’aménagement du territoire et le soutien à l’économie et à l’emploi.

 360 000€ ont été dédiés à l’aménagement du territoire avec 120 000€ destinés à l’électrification des territoires et leur aménagement numérique, 155 000€ pour des projets de réhabilitation de bâtiments et 88 500 € pour les adaptations du plan de transport.

 240 000€ ont été dirigés vers le développement économique à travers un soutien de 73 000€ accordés aux pôles de compétitivité du département, VITAGORA et NUCLEAIRE BOURGOGNE et 47 000€ à destination des structures de plus petites tailles, essentielles au maillage du territoire : micro-filières, entreprises artisanales et structures   développement économique. Le Conseil Général de la Côte d'Or a également voté l’attribution de 120 000 € de subventions de fonctionnement pour des dépenses de gros entretien à vingt-quatre collèges publics du département.

 570 000 € ont été consacrés au développement durable dont plus de 400 000€ pour améliorer la gestion de l’eau, 260 000 € étant notamment investis pour la construction d’une station d’épuration à NICEY. 140 000€ sont allés à l’optimisation et la réhabilitation de réseaux de déchetterie et 20 000€ pour venir en aide aux filières bois.

 Avec 170 000€ consacrés à la solidarité, la Côte-d’Or a décidé d’axer ses actions sur l’accompagnement psychologique des personnes bénéficiaires du RSA à travers 83 000 € versés au Centre d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active (CEMEA). Les personnes âgées constituent l’autre priorité du département : 70 000 € ont été versés à la Fédération Départementale des Retraités et Personnes Âgées. La Banque Alimentaire de Bourgogne et la plateforme de lutte contre l’illettrisme « CLES 21 » sont les autres principaux bénéficiaires des subventions votées.

Enfin, la crise ne doit pas conduire à négliger la culture et le sport, éléments essentiels du développement et de l’équilibre des territoires et de leurs habitants : 100 000 € ont été consacrés au soutien d’événements culturels (festivals « Pris de CirQ’ » et « Ici l’Onde »), à la construction d’équipements sportifs et à l’organisation d’une vingtaine de manifestations sportives en Côte-d’Or.

 
CP F.SAUVADET Un recul sans précédent pour la démocratie dans nos territoires... Imprimer Envoyer
Mardi, 26 Février 2013 11:06

Un recul sans précédent pour la démocratie dans nos territoires

J’ai dénoncé à la tribune de l’Assemblée nationale le vote par le seul Parti socialiste du projet de loi relatif à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des délégués communautaires, modifiant le calendrier électoral qui aura de lourdes conséquences sur l’avenir de nos territoires de France.

C’est un texte qui signe la mort des territoires ruraux.

Après le rejet du texte par le Sénat au mois de janvier, il est inadmissible que seul le groupe socialiste (sur les six groupes parlementaires de l’Assemblée !) puisse changer les textes qui structurent les conditions de notre démocratie.

Il n’est pas supportable dans cette République irréprochable dont le candidat Hollande se faisait le garant, de voir un seul parti, le Parti socialiste, modifier le calendrier et les modes de scrutins contre toutes les autres forces politiques du pays sans la moindre concertation.

C’est d’autant plus grave sur un sujet qui engage l’avenir de notre démocratie territoriale : les cantons ruraux vont subir un charcutage qui va laminer la représentation politique des territoires ruraux dans les départements. Les clefs des départements vont être confiées aux agglomérations, alors même que l’un des défis du siècle à venir est l’aménagement du territoire et la lutte contre le sentiment d’abandon de nos campagnes.

Le Gouvernement n’a su justifier son texte que par la nécessité de faire progresser la parité par la création d’un binôme homme-femme élu ensemble mais exerçant indépendamment leur mandat. Ce dispositif est unique au monde : il va conduire à la compétition territoriale et posera d’importants problèmes de gouvernance dans les futurs conseils départementaux.

Nos propositions visant à introduire de la proportionnelle, respectueuse des sensibilités politiques, des équilibres territoriaux et permettant de faire progresser la parité ont été rejetées d’un revers de main.

Enfilant le faux-nez de la parité, le Parti socialiste arrange en réalité ses petites affaires. L’entre soi et la conservation des postes au mépris des impératifs d’aménagement solidaire du territoire constitue une pratique du pouvoir que je condamne avec la plus grande fermeté.

Rien ne justifie l’abaissement du seuil de 12,5 à 10 % pour se maintenir au second tour ; rien ne justifie non plus le report des élections de 2014 à 2015. Les socialistes ne cherchent d’ailleurs pas à donner la moindre explication à ce qui restera comme le plus grand tripatouillage électoral de la Vème République.

Ce texte entérine la vision socialiste d’une France dont le développement repose exclusivement sur le fait urbain. Je récuse cette vision étriquée et continuerai à combattre cette réforme des élections locales dès son retour à l’Assemblée nationale, le 26 mars prochain.022

Mise à jour le Samedi, 09 Mars 2013 11:16
 
CP F.SAUVADET 19-02-2013 Réception des Présidents de Conseils Généraux Imprimer Envoyer
Vendredi, 22 Février 2013 00:22

Réception des Présidents de Conseils Généraux : La gauche parle (encore) à la gauche !

 Je viens d’apprendre par voie de presse qu’une délégation de Présidents de Conseils Généraux sont invités à l’Elysée ce soir pour un dîner afin de « prendre le pouls » du monde des élus locaux.

Il est vrai que les sujets de doléance ne manquent pas pour les Présidents de Conseils Généraux : hausse du RSA non concertée et non compensée, réforme des rythmes scolaires à marche forcée sans implication des départements, pourtant organisateurs des transports scolaires, charcutage des cantons pour une gigantesque entreprise de tripatouillage électoral actuellement étudiée à l’Assemblée Nationale…

Pour les départements de France, la coupe est pleine !

Le président de la République avait pourtant promis un « pacte de confiance » avec les collectivités territoriales. Il promettait aussi de rassembler : « Moi président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité. »

Pourtant, en voyant la liste des Présidents de Conseils Généraux consultés, les masques tombent ! Sur les huit Présidents invités, tous appartiennent au Parti Socialiste ! C’est une nouvelle démonstration de la conception politicienne de la République qui prédomine depuis mai 2012. La gauche parle à la gauche, sans la moindre considération pour les autres élus locaux ou les corps intermédiaires. Cette dérive est choquante. Elle menace notre équilibre républicain. Elle doit cesser !

 
<< Début < Précédent 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 Suivant > Fin >>

Page 34 sur 40
Meteo sur Is sur Tille

Copyright © 2019 charlesbarriere.fr. Tous droits réservés.
Internet Explorer 8 mini - Affichage 1024 x 768 recommandé